K11 / Pietro Riparbelli & Philippe Petit – The haunting triptych / Philippe Petit & Friends – A scent of Gamambrosia

Boring Machines
www.boringmachines.it
Aagoo Rec.
www.aagoo.com




De la production à la composition, de la publication du disque à la fabrication de la musique, il y une mince géographie qui pourtant est à presque tous infranchissable. L’amour de la musique ne suffit pas, il faut aussi ce risque du geste, le goût pour le passage de l’oreille à la matière. Philippe Petit publie les disques des autres depuis tant d’années, sur le label Pandemonium puis sur le label Bip-Hop, qu’il a collectionné les instants musicaux, les siens et quelques milliers d’autres, comme certains multiplieraient les clichés de lieux enchanteurs. Jusqu’au jour où l’envie de fouler ces sols fait partir à son tour. Des cordes, des machines, des platines, et une volonté de partager les émotions musicales de ceux qu’il écoute et respecte : Justin Broadrick, Aidan Baker, Lydia Lunch, Eugene Robinson, James Johnston, et bien d’autres. On ne peut presque plus compter les parutions impliquant Philippe Petit ces derniers mois. Enfin lancé sur les routes de la confection sonore, il ne peut être arrêté. Les deux disques sur lesquels nous nous attardons ici ont en commun de présenter parmi les plus filandreux et les plus sombres de ses travaux. Le premier, en compagnie du musicien italien Pietro Riparbelli, est une œuvre conceptuelle, un dark ambient cinématographique censé figurer la présence d’ectoplasmes. Il faudrait bien sûr une grande complaisance pour laisser errer l’imagination jusqu’à ce point ; il reste que l’impression est saisissante, qui n’est pas étrangère aux inquiétants films expressionnistes allemands de la fin du cinéma muet. Les nappes, filandreuses pour les unes, tremblées et faussement lumineuses pour les autres, se superposent comme pour une traversée du brouillard. Une nuit, et l’opaque qui s’ensuit se tisse dans l’épaisseur de la brume d’harmoniques : on approche de l’élément aqueux et parfois l’on y progresse à l’aide de sons plus étouffés encore. Ressorti, l’on entrevoit de nouveau la lumière : statiques de cordes éclairant un quai, un faubourg, dont l’humain est éternellement absent, mais dont l’imminence de l’apparition appuie l’inquiétude. Cette tension atteinte, la stupeur se noie dans les sons de cors, effleurant ainsi l’influence plus patente de Lustmord. Dans un gris de la même palette, Philippe Petit s’est entouré de nombreux musiciens amis (dont une fois encore James Johnston de Gallon Drunk et des Bad Seeds) sur le disque A scent of Gamambrosia. Il y traite différents sons de sa composition ou de sa récupération (piano, field recordings, platines, percussions, etc.) et chacun des musiciens invités ajoute sur sa pièce un instrument plus classique. La rencontre ainsi initiée, entre le son du monde et le son de l’instrument, ou le champ de l’abstrait et celui de l’habitude musicale, inaugure des œuvres frontières où sur des équilibres différents, l’étrange et le familier se côtoient, comme le sombre et le clair, le défini et l’informe, le sec et le diffus. Chaque titre se joue du qualificatif expérimental, de la même façon qu’il effraierait celui qui, candide trompé par le nom de l’instrument du musicien invité, s’attendrait à son exécution classique. Mais le plus fascinant dans tous ces morceaux, bien plus que l’attendu contraste, est l’intégration au moment et à l’endroit qui le nécessitent. Les compositions semblent avoir pour fil cette définition des contours dentelés de la frontière. Il faut pourtant tracer une ligne, comme pour toutes les cartographies. Il m’a semblé qu’ici, en bien des endroits, c’était le piano qui s’en chargeait.

Denis Boyer

2010-12-20