Dense Vision Shrine – Time lost in oblivion CD + DVD

First Fallen Star / Dark Music Domain
www.firstfallenstar.com






On ne dira jamais assez combien le rôle joué par Darrin Verhagen alias Shinjuku Thief a été important dans l’évolution complexe d’une frange du style dark ambient, notamment avec la trilogie des Witch. Sa musique a redéfini l’obscurité musicale dans sa version la plus expressionniste en utilisant de véritables images sonores, non pas des citations, mais des évocations circonstanciées situées à la mince frontière entre abstraction de tissage et déploiement du panorama. Dense Vision Shrine est l’alias de Karsten Hamre qui, comme Verhagen, est resté impressionné par l’esthétique mortifère posée par le label suédois Cold Meat Industry. Toujours pareil au musicien australien, il peint sur le noir, avec le noir, effondre les nappes et libère des éclairages métalliques, profite de la confusion soudaine pour lancer des suggestions néo-classiques, mais aussi de nombreux samples, qui dans un champ désolé, qui dans un bâtiment en ruine, toujours en un temps échappant à la marque. Tout cela est très convenu, à l’évidence, et n’échappe pas aux clichés du genre, tandis que Verhagen s’en jouait (pour les redéfinir), en mêlant ses connaissances en composition à l’épaisse toile cinématographique. On peut encore reprocher à Dense Vision Shrine de ne pas aussi bien conclure ses morceaux qu’il sait les commencer ou les déployer. Il reste que dans son épaisseur, sa musique montre ces nuances de rouille, cette terre où gîtent encore quelques filons de métal, les bruits lointains des forges où ils termineront leur exploitation, et aussi le bourdonnement évaporé des voix douloureuses qui ont travaillé et souffert avec le fer, avec la terre. Ceci suffit à créer dans ce disque de belles poches effectivement, oubliées du temps, en débouchant, occasionnellement, sur le rayon de lumière.

Denis Boyer

2010-12-20