Doyle Roger – The ninth set

Die Stadt
www.diestadtmusik.de




Compositeur depuis plus de quarante ans, Roger Doyle est lauréat 2007 du prix Magisterium au concours international de musique électroacoustique de Bourges, pour deux des cinq pièces de ce CD, The ninth set, publié par le label allemand Die Stadt. C’est un travail dense et minimaliste à la fois, où le drone s’arrange des nombreux instruments que le musicien irlandais a utilisés ou fait utiliser auparavant. Dans cette mer d’encre, le fil le plus épais est rarement submergé, il appelle le bleu foncé en sa statique, et les plus hautes volutes dénoncent le cas des instruments à vent, jusqu’à l’apparition, la résolution dans un cri, de la vibration du cuivre. Cette coïncidence éphémère du saxophone et de la voix figure exactement la confusion onirique qui, de manière moins spectaculaire, habite, couvre la totalité du paysage de The ninth set. Coupé en cinq « sectors », le disque diffuse la lumière sous la nappe, qui parfois rencontre l’écueil nous l’avons entendu. Mais c’est presque toujours la respiration d’harmoniques gagnés à la discipline d’une lumière austère : qu’ils évoquent l’orgue ou le violon, le verre ou le métal, l’eau ou le vent, les bourdonnements et les filins s’enflent en fantômes de voix, une voix féminine qui poursuit, de loin en loin, quadrille l’eau profonde, se mêle à la désolation pour laisser littéralement planer le doute sur son existence même. Plus rien n’a d’assise, et cette déroute est un itinéraire de choix pour le coutumier des noyades sonores.

Denis Boyer

2010-05-24