UnicaZürn – Temporal bends

uZu Music
www.myspace.com/unicazurnofficial




On a souvent décrit la musique de Coil comme « magique ». Il faudrait sans doute nuancer et préciser « shamanique », en ce sens où peu à peu cette musique se faisait répétitive et décorée, comme pour entrelacer dans une configuration simple d’apparence, des formes, des tensions évoquant une mise en transe, une communication et pour ainsi dire une (dé)possession. La personne même de John Balance se prêtait elle aussi (voire surtout), à une telle comparaison. Stephen Thrower qui a longtemps fait partie de Coil, notamment sur les premiers albums Scatology, Horse rotorvator et Love’s secret domain, s’est ici associé à David Knight, que l’on connaît principalement pour son projet Arrkon. Hautbois et guitare, mêlés dans leur expression du bourdon mélancolique, suffisent à dessiner la nature organique, boisée de leur collaboration. UnicaZürn (d’après le nom de l’artiste allemande proche des Surréalistes) est donc ce duo, augmenté de nombreux instruments joués par les mêmes, dont des synthétiseurs qui accentuent l’effet panoramique, voire cosmique, et un piano pour l’humidité. Ce qui porte à considérer le projet du disque, la définition d’une « musique du littoral », d’un balayage du « spectre de l’eau », comme aqueux dans toutes ses formes, de la plus intime et domestique à celle dont l’étendue ne peut qu’évoquer l’océan. Mais toutes ces textures, tressées avec beaucoup d’élégance, ne suffisent pas à entraîner l’écoute vers cette « magie » qu’il faut entendre dans son sens le plus ésotérique. En revanche, les esquisses mélodiques, en crêtes, les éclosions bouclées de synthétiseurs analogiques, les pulsations stellaires (d’une lumière tremblant sur l’eau au crépuscule), du tumulte bruitiste des eaux sur quelques instants, tout cela se traduit à la fois par une forte impression de sérénité et par une ouverture à la vibration blanche, une approche voisine de la dissolution aquatique, mais toujours garantie contre elle par les babillages des instruments, une sensation que seule la musique semble en mesure de formuler, une nostalgie ou une vision de la dispersion.

Denis Boyer

2010-01-18