Maggi Phil – Blue fields in Paramount

Idiosyncratics Records
www.idiosyncratics.net




Ces champs dans le turquoise de la voûte céleste sont nourris d’émanations, qui s’agrègent en filandres incertaines : la musique de Phil Maggi est nuageuse. Rien n’y est simple, surtout pas la formule qui la compose. Des samples, des boucles, d’emprunts classiques et populaires, mêlés au jeu du musicien, à ses field recordings, et le drone est déjà plus que lui-même. Il part en fuseau avant d’enfanter les passages qui fusent comme une mémoire, sertis toujours dans leur bourdon, ou l’écartant doucement mais le rappelant continuellement, dans l’esprit : fantôme, dégagé de pesanteur, le cœur de cette musique est tout autant à considérer comme un rêve, une échappée de l’esprit incontrôlée, une sortie d’orbite. La technique diffère, mais l’on pense rapidement à Janek Schaefer et à son maître Philip Jeck, pour ce tour où la glaise s’enrichit de ses impuretés, que l’artisan recherche. L’artisanat de Phil Maggi fait que le cercle n’est plus le même à chaque passage, il se fait métaphore d’une existence où chaque saison répétée s’accompagne d’éléments inédits. En toute cohérence, ceux de ce disque ont une teneur particulière : ils tournoient pour décanter le voile d’harmoniques, la vapeur de tristesse.

Denis Boyer

2009-09-26