Michael Begg – Vanitas

Omnempathy www.omnempathy.com « Souviens-toi que tu vas mourir. » Au 17e siècle, il n’était pas rare que des hommes puissants commandent des peintures dites Vanités. Elles devaient leur rappeler la fugacité des plaisirs et des richesses terrestres, l’inéluctabilité du trépas. Aux côtés d’un assemblage hétéroclite figurait le plus souvent un crâne, emblème de la destination finale. La nuit sans rêve, l’après sans temps. Il est peu de musiciens plus nocturnes que Michael Begg qui, lui, est bien vivant. Sa nostalgie de la nuit le pousse à s’y retrancher alors que tout et tout le monde aux environs est plongé dans le sommeil. D’autres comme lui ont laissé toute peur de cet espace / temps qui renvoie au monde des origines et anticipe la dissolution finale. Michael Begg, alors que tout le monde s’absente au fond de soi, que tout est tranquille dans le cœur noir de la nuit, met à profit l’hétéroclite de son arsenal sonore. Le […]

Troum – Transformation Tapes (2 CD)

Transgredient Records https://www.dronerecords.de/ Troum est un duo allemand que connaissent bien les habitués de ces pages, électroniques ou physiques. C’est un groupe des plus important dans l’édification des courants qui inspirent Fear Drop et nos parcours respectifs se sont croisés de nombreuses fois. On sait, lorsqu’on aime Troum, combien leur musique est profondément humaine. Son romantisme moderne (n’ont-ils pas placé l’une de leurs trilogie sous l’enseigne « power romantic » ?) se nourrit du rêve comme de toute vie d’un esprit sans contrainte. En quelque sorte révélation, leur bourdon d’harmoniques – le plus souvent issu de cordes, mais aussi de voix, d’accordéon… – exhale une mélancolie primitive qui fait vibrer jusqu’à la respiration. Cold wave, drone, musique industrielle, expérimentations concrètes se mêlent en un très humble atelier onirique (Troum est un équivalent ancien de l’allemand Traum, le rêve.). Un tel voyage nocturne relève de la navigation, et le sentiment océanique habite un grand nombre de leurs œuvres. C’est […]

Michael Begg – Titan: A Crane is a Bridge

Omnempathy www.omnempathy.com  A Crane is a Bridge, une grue est un pont… Michael Begg ne s’est pas tant éloigné de sa pente nocturne qu’il y paraît. Commissionnée pour l’exposition festival Sonica, l’installation Titan: A Crane is a Bridge a été présentée à Glasgow à la fin d’octobre 2017, au sommet d’une grue Titan haute de 150 pieds. Des harpes éoliennes installées et captées en temps réel, un traitement électronique et plusieurs autres cordes ont servi de matériau à cette œuvre composée de six morceaux. Deux d’entre eux sont directement intitulés Aeolian Harps, le vent qui y souffle n’est pas l’ouragan qui dévaste, c’est un vent calme, d’altitude naturellement, mais qui sait se lover, se détendre, et tous ces mouvements impriment sur les cordes qui font vibrer pareillement l’oreille, une tranquillité inclinant à la rêverie, et de la rêverie au rêve il n’y a souvent qu’un pas. La nuit s’ouvre, soutenue par l’obscurité de toutes les […]

Sum Of R – Orga

Cyclic Law http://www.cycliclaw.com  Reto Mäder (que l’on connaît aussi pour son electronica accidentée sous le nom de RM74), ouvre le nouvel album de Sum of R par l’enregistrement du medium convoquant en 1936 – sans succès ! – l’âme de Robert Houdin, Houdini, qui avait promis à son épouse une ultime évasion : échapper à la mort. Ce même enregistrement a été utilisé récemment par Sonic Area sur Music For Ghosts, et comme Sonic Area, Sum of R semble jouer ici une musique de l’outre-monde. Peut-être moins physique que son premier album, qui faisait résonner le souvenir de Zero Kama, Orga confirme Sum of R dans un univers postindustriel mais les différentes formes d’obscurités qui y cohabitent balaient un spectre bien plus large que le seul rythme de l’aciérie. Les boucles de basse retentissent en écho d’une cold wave rituelle à la Virgin Prunes ; voyons-les comme les premières manifestations de ces limbes d’où l’esprit d’Houdini était censé […]

Bass Communion – Sisters Oregon (10’’ EP)

Substantia Innominata www.substantia-innominata.de  Pas plus que le EP Dans la montagne de Lionel Marchetti, qui fut construit exclusivement d’enregistrements pratiqués dans une salle de kendo, Sisters Oregon de Bass Communion ne justifiera sa musique par son titre (renvoie-t-il aux trois montagnes de Sisters, ville de l’Oregon ?). Bass Communion est sans aucun doute le projet le plus rare de Steven Wilson. Qu’il enregistre seul ou dans la complicité (Robert Fripp, Muslimgauze, Vidna Obmana…), Steven Wilson réserve à Bass Communion sa part la plus mystérieuse, la plus nocturne, la plus aveugle. Examen de la vague d’agate qui refroidit le courant de nuit, cette musique que l’obscurité ne suffit pourtant pas à définir, joue considérablement du temps, jusqu’à frôler la mort comme sur le grave Loss, publié il y a quelques années par Soleilmoon (label basé dans l’Oregon…). Aussi bien, Steven Wilson n’a-t-il pas déclaré que sa principale influence pour Bass Communion est le magistral double album de […]